jeudi 10 novembre 2011

Réaction mitigée des Islamistes face à la controverse

Hamadi Jebali a répondu aux questions des journalistes
concernant les propos tenus la veille par sa collègue
Souad Abderrahim au sujet des mères célibataires.
C’est le Secrétaire général et candidat au poste de Premier ministre du parti islamique Ennahda, Hamadi Jebali, qui a été envoyé au front aujourd’hui pour réagir publiquement aux propos très controversés tenus la veille par la députée de Sfax 1, Souad Abderrahim.

Rappelons que lors d’une entrevue donnée à la radio ce mercredi, Mme Abderrahim avait  malencontreusement tenu des propos qui avaient sidérés et heurtés les mères célibataires les qualifiant de « vraie honte pour la société » et osant même rajouter qu’elles n’ont « pas le droit d’exister » et qu’il n’y a pas de place en Tunisie pour « une liberté intégrale ou absolue. »

Ainsi, malgré le tollé de protestations que ces déclarations ont soulevé dans les médias et sur les réseaux sociaux, M. Jebali, a habilement évité de condamner ou encore d’exprimer son désaccord face aux déclarations de sa collègue. Il s’est contenté de déclarer « que l’amélioration du statut de la femme en Tunisie demeure un élément central du programme politique d’Ennahda. » Pressé de questions par les journalistes, M. Jebali a candidement poursuivi en affirmant « qu’il n’avait pas entendu les commentaires émis par Mme Abderrahim… »

Puis, interrogé aux sujets des droits dont devraient effectivement bénéficier les mères célibataires, il a tout simplement répondu que ces dernières « doivent être traitées de la même façon que tous les citoyens tunisiens. »

Souad Abderrahim ne s'est pas rétracté de ses propos
tenus au sujet des mères célibataires.
De son côté, Mme Abderrahim a aussi tenu à commenter auprès du journal internet Tunisia-live.net la controverse qu’elle avait suscité la veille. Loin de se rétracter, elle a tenté de calmer le jeu en affirmant que le sujet des mères célibataires est « dérangeant » et que « personne ne veut en entendre parler. » Déstabilisée par les réactions que ses déclarations ont engendrées, elle s’en est ensuite prise à ceux et celles qui l’ont chahutée sur les réseaux sociaux et les blogues leur reprochant de « ne chercher qu’à distraire l’attention du public des véritables enjeux. »

Difficile donc de prendre au sérieux ces deux réactions venant d’élus qui occupent de très hautes fonctions dans la hiérarchie du parti islamique. D’une part, nous avons le numéro deux et potentiel prochain Premier ministre du pays qui contredit publiquement sa collègue députée en assurant qu’il n’a pas entendu ses commentaires alors qu’ils ont fait le tour des médias et de l’internet. Et d’autre part, Mme Adberrahim qui s’entête à maintenir sa version et qui accuse sans aucune gêne ceux qui osent la critiquer de ne vouloir que faire diversion. Voilà une façon peu banale de faire taire leurs détracteurs et qui risque – soyons réaliste – de faire couler encore beaucoup d’encre…

Nouvelles de la Constituante et autres

L’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE) a annoncé aujourd’hui que les résultats « détaillés et définitifs » de l’élection du 23 octobre dernier seront rendus publics le 14 novembre prochain. La semaine dernière, la mission d’observation électorale de l’Union Européenne avait demandé à l’ISIE de présenter le plus rapidement possible les résultats du décompte des votes pour chacune des circonscriptions et des bureaux. Pour sa part, l’ISIE a préféré attendre la fin du processus des recours en contestation de l’élection par le Tribunal administratif qui s’est terminé hier.

Quant aux travaux de l’Assemblée constituante, il semble qu’ils se mettront en branle le mardi 22 novembre prochain suivant un décret du Président par intérim Foued Mebazaa.

Enfin, dans un tout autre d’ordre d’idées, on a appris aujourd’hui que le candidat le plus controversé de l’élection et chef du parti Aridha Chaabia, Hechmi Hamdi, arrivera ce samedi à Tunis. Il semble qu’un grand nombre de ses supporters seront présents à l’aéroport pour l’accueillir. Rappelons que M. Hamdi avait décidé de demeurer à Londres tout au long de la campagne électorale préférant faire de fréquentes apparitions sur les ondes de sa chaîne télévisée El Mostakella, plutôt que de se trouver sur le territoire de la Tunisie. Aridha Chaabia est le parti dont huit candidats avaient été disqualifiés pour fraudes électorales avant qu’un jugement du Tribunal administratif ne vienne renverser la décision leur en faveur pour sept députés.

Kate et William viendront-ils visiter la Tunisie ?
En terminant, voici une bonne nouvelle pour les amateurs de potins royaux. De passage à Londres pour une conférence, le Ministre du Tourisme tunisien a invité Kate et William pour une visite officielle en Tunisie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire