dimanche 23 octobre 2011

Une journée bien calme dans l'ensemble




La journée du vote s’est terminée comme elle avait commencé en Tunisie, c’est-à-dire d’une façon très sereine. Pour une première élection libre – neuf mois seulement après la fin d’une dictature qui avait opprimée le peuple tunisien pendant tant d’années – cela est absolument remarquable et mérite d’être souligné.

Le décompte des votes a débuté vers 20h30.
Comme il avait été annoncé, les bureaux de scrutin ont fermé à 19h00 précises et toutes les personnes qui étaient arrivées avant cette heure ont pu exercer leur droit de vote. Comme il fallait s’y attendre, quelques ratés sont venus ponctuer cette journée historique. Tout d’abord, il a été rapporté que dans certains bureaux de vote, les femmes et les hommes ont été séparés en deux files d’attente distinctes. Cette situation a été relevée dans au moins 5 bureaux et dénoncée en premier lieu dans les réseaux sociaux avant d’être confirmée par l’Instance supérieure indépendantes pour les élections (ISIE).

De plus, on apprenait en après-midi que trois présidents et douze membres de deux bureaux de scrutin différents ont été remplacés en raison de soupçons de favoritisme à l’égard d’un parti.

Selon le président de l’ISIE, Kamel Jendoubi, le taux de participation dépasse largement les 60% que plusieurs observateurs avaient initialement prédit et se chiffrerait plutôt aux alentours de 70%. Dans la diaspora, notons un taux de participation de 56% à Montréal et « environ 60-70% en France. »

La place du Premier ministère était complètement déserte
en ce jour d'élections. Rappelons que de nombreux sit-in
se sont tenus à cet endroit l'hiver dernier afin de
réclamer la tenue d'une élection libre.
En ce qui a trait aux résultats, M. Jendoubi a indiqué en conférence de presse qu’ils seraient divulgués dans la journée de mardi plutôt que lundi comme il avait été initialement annoncé. Entre temps, des résultats préliminaires pourraient être communiqués au fur et à mesure que les bulletins seront comptabilisés.

Enfin, mentionnons également l’annonce hier de la démission du Président de la Tunisie, Foued Mebaaza, qui cédera sa place dès qu’un nouveau président sera désigné par la nouvelle Assemblée constituante élue.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire