lundi 17 octobre 2011

Rumeurs de coalitions à l’approche du vote


Le parti Ettakatol et son chef Mustapha Ben Jaafar (photo) 
sont au centre des principales rumeurs de coalitions depuis
quelques jours.
À moins d’une semaine du vote, les rumeurs se font de plus en plus fréquentes à propos des possibilités de coalitions à l’Assemblée constituante.

En fait, les tractations ne datent pas d’hier. Il en était déjà question l’été dernier alors que le chef du CPR, Moncef Marzouki, avait tenu à préciser qu’il n’envisageait pas de former une quelconque coalition avant l’élection de l’Assemblée constituante.

Pourtant, les pourparlers au sujet d’éventuelles coalitions étaient tout à fait prévisibles si on se fie aux résultats attendus lors du vote. En effet, s’il y a bien une seule chose dont on soit à peu près certain à propos de cette élection, c’est qu’aucun parti ne parviendra à remporter une majorité de sièges. Ainsi, il devra forcément y avoir une coalition ou du moins une certaine entente entre quelques partis afin d’obtenir le nombre de voix nécessaires en chambre pour voter la Constitution.

Ceci dit, aux plus récentes nouvelles, les dirigeants du Parti démocrate progressiste (PDP) ont tendu la main, il y a environ 10 jours, au Pôle démocratique moderniste (PDM), à Afek Tounes et à Ettakatol pour former une coalition « progressiste » au lendemain du vote le 23 octobre.

Le Business News rapporte que des représentants de ces quatre partis se sont réunis secrètement afin d’en discuter et ce, pas plus tard que mercredi dernier.

Des sources à l’intérieur de ces partis avec lesquelles j’ai eu l’occasion de discuter au cours de la semaine dernière m’ont d’ailleurs confirmées que leur parti respectif envisageait sérieusement de former cette « coalition progressiste » dans les jours suivant l’élection. Selon eux, cette alliance s’officialisera assez rapidement. Le PDM a d’ailleurs fait part de son intention à cet effet aujourd’hui via un communiqué officiel. Manifestement, il semble que pour l’instant le grand oublié de ces discussions soit le CPR…

Enfin, une rumeur s'est répandue récemment à l'effet que le parti Ettakatol avait négocié une alliance avec le principal parti islamiste, Ennahda. L’entente aurait stipulée qu’Ettakatol donnerait son appui à Ennahda à l’Assemblée constituante pour la rédaction de la Constitution et la formation du gouvernement et qu’en échange, les islamistes se seraient rangés derrière Mustapha Ben Jaafar (le chef d’Ettakatol) lors de l’élection présidentielle. 

Cependant, cette prétendue entente a rapidement été réfutée par M. Jaafar lors d’un entretien qu’il a accordé hier au journal La Presse. Ce dernier en a profité pour ajouter que le parti réservait sa décision pour après le vote.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire