dimanche 23 octobre 2011

L’élection en chiffres et en images


L'encre bleue sur l'index, preuve que le citoyen a voté.

Ça y est ! C’est le grand jour en Tunisie. Pour la première fois depuis 1956, les citoyens sont appelés aux urnes pour enfin voter librement. À la mi-journée dimanche, les files d’attente devant les bureaux de scrutin commençaient à se faire longues. On rapporte qu’à plusieurs endroits les électeurs devaient patienter plusieurs heures avant de pouvoir voter.

La page d'accueil de Google en Tunisie - 23 octobre 2011
Des articles sont publiés dans les principaux journaux francophones du pays informant les citoyens sur les étapes à suivre pour voter. Les premières pages sont couvertes de photos et les gros titres invitent les gens à aller exercer leur devoir de citoyen. Même la page d’accueil de Google en Tunisie est décorée pour l’occasion.

Devant les bureaux de vote, des militaires armés montent la garde et assurent le bon déroulement de la journée. À l’intérieur, le personnel de l’ISIE (Instance supérieure indépendant pour les élections) guide les électeurs vers les urnes, répondent aux questions et gèrent l’attente et les inscriptions.

Une du journal La Presse - 23 octobre 2011.

Une du journal Le Temps - 23 octobre 2011.

Pour voter, les électeurs doivent avoir en main leur carte d’identité nationale. Aucune autre pièce n’est acceptée. Le nom de l’électeur doit être inscrit dans le registre pour qu’il puisse exercer son droit de vote. Des bureaux ont toutefois été prévus pour les citoyens ayant omis de s’enregistrer au préalable. La procédure sera simplement plus longue pour eux. Puis, avant de voter, chaque électeur doit tremper son doigt dans un pot d’encre bleue et ensuite apposer son empreinte digitale dans une case située devant son nom sur la liste des électeurs.

Un centre d’appel est ouvert toute la journée pour répondre aux diverses questions et interrogations des Tunisiens. Le numéro est le 1814 et des SMS peuvent être envoyés au 1423.

Quant au bulletin de vote, il s’agit d’une feuille suffisamment grande pour recueillir tous les noms des partis et des candidats indépendants. Le logo des partis est imprimé à côté du nom de chacun d’entre eux afin de faciliter la tâche aux électeurs.

Bureau de vote au centre-ville de Tunis.

Une file d'attente s'étalant sur plus de 100 mètres.


À noter que Rached Ghannouchi, Ahmed Najib Chebbi et Mustapha Ben Jaafar, respectivement chef des partis Ennahda, PDP (Parti démocrate progressiste) et Ettakatol, sont allés tôt ce matin exercer leur droit de vote. Le premier a été accueilli par quelques opposants scandant le désormais célèbre « Dégage ! » alors qu’il quittait le bureau de vote (voir cette vidéo pour les utilisateurs de Facebook). Messieurs Chebbi et Ben Jaafar ont quant à eux été photographié pendant qu’il faisait sagement la queue avec les citoyens.

Voici quelques statistiques intéressantes sur l’élection :

- Environ 7 millions de Tunisiens sont appelés à voter ;
- Il y a 27 circonscriptions en Tunisie et 6 à l’étranger ;
- 4 439 527 se sont déjà inscrits, ce qui représente plus de 60% des électeurs ;
- Il y a 217 sièges à l’Assemblée constituante – 199 sur le territoire tunisien et 18 à l’étranger ;
-Un total de 1517 listes se font concurrence – 655 sont indépendantes et 828 proviennent des 110 partis en lice ;
- 11 618 personnes sont candidats à l’élection ;
- 5143 observateurs sont chargés de la surveillance des élections – 533 viennent de l’étranger et les autres sont Tunisiens ;
- 50 000 policiers et militaires sont déployés pour en assurer le bon déroulement ;
- Environ 1500 journalistes se chargent de la couverture de l’événement.

Sources : Tunisia-live.net, ISIE, La Presse, Le Temps.

Des militaires assurent la garde à l'entrée d'un bureau de vote.



Ahmed Najib Chebbi (au centre), chef du PDP, en file pour aller voter.

Mustapha Ben Jaafar (à droite), chef du parti Ettakatol,
en file pour aller voter.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire