jeudi 27 octobre 2011

Confirmation : Les Islamistes minoritaires sous fond de controverse


Rached Ghannouchi, chef d'Ennahda.
Les résultats complets de la première élection tunisienne ont finalement été annoncés à 22h00 par l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE) au centre de presse de Tunis.

Kamel Jendoubi, le président de l’ISIE, a révélé aux médias réunis pour l’occasion que le parti islamique Ennahda a obtenu plus de 41% des sièges, soit un total de 90 sur 217. Tel qu’il était prévu, le prochain gouvernement de la Tunisie sera donc minoritaire, ce qui implique que des coalitions ou des alliances devront être conclues. À noter que 22,6% des élus de l’Assemblée constituante sont des femmes, un nombre particulièrement élevé pour une première élection, d’autant plus qu’il s’agit d’un pays arabe.

Les partis progressistes Congrès pour la République (CPR) et Ettakatol terminent loin derrière leur principal rival avec respectivement 30 et 21 sièges. Soulignons la belle remontée du parti Démocrate progressiste (PDP), qui après avoir obtenu des résultats décevants au début du dépouillement des votes, est parvenu à sauver les meubles en récoltant un total de 17 sièges. Ce pointage le relègue provisoirement en cinquième position. Le chef du parti, Ahmed Néjib Chebbi a d’ailleurs mentionné que le PDP demeurerait dans l’opposition et qu’une alliance avec Ennahda n’était pas dans leurs plans.

40 autres sièges ont été remportés par des petits partis ou des listes indépendantes. La récolte du Pôle démocrate moderniste (PDM) et d’Afek Tounes a été quelque peu décevante. Les deux partis espéraient obtenir entre 10 et 15 sièges chacun. Ils en ont plutôt eu respectivement cinq et quatre. Pour un tableau complet des résultats, cliquez ici.

Toutefois, la plus grande nouvelle de la journée n’a pas été la divulgation finale des résultats. En effet, vers la fin de la soirée, le président de l’ISIE, M. Jendoubi, a indiqué que huit sièges étaient retirés au parti Aridha Chaabia en raison de fraudes électorales et de la présence d’anciens membres du régime de Ben Ali sur certaines listes. L’annonce a eu l’effet d’une véritable bombe dans le centre de presse et a été accueillie par des applaudissements nourris. Le nombre de sièges du parti est donc passé de 27 à 19, ce qui le place au quatrième rang.

En réaction à la décision de l’ISIE, Mohamed Hechmi Hamdi, le chef d’Aridha Chaabia, a déclaré en entrevue à la radio qu’il retirerait toutes les listes de son parti et qu’aucun de ses députés ne siègeraient à l’Assemblée constituante, ajoutant qu’il n’avait pas l’intention d’appeler de la décision en justice.

Des pneus ont été brûlés dans les rues de Sidi Bouzid.
Puis, quelques minutes après que la décision de l’ISIE fut annoncée à la population via les médias, des manifestations ont éclaté à Sidi Bouzid, ville d’origine de M. Hamdi et circonscription où son parti a obtenu ses meilleurs résultats. Des citoyens ont incendié le bureau du maire et ont saccagé le siège social d’Ennahda. Sur les réseaux sociaux, plusieurs vidéos, photos et commentaires circulaient à l’effet que de violents affrontements entre policiers et civils avaient eu lieu au cours de la nuit.

Il a aussi été rapporté que des protestataires s’en étaient pris au bureau d’Ennahda plus tôt dans la journée parce que son secrétaire général, Hamadi Jebali, aurait affirmé que le parti excluait toute alliance avec Aridha Chaabia.

Décidément, l'énorme surprise entourant la percée de ce parti totalement inconnu et ignoré par les médias durant la campagne électorale n'a pas fini d'être au centre des conversation en Tunisie. Nombreux sont ceux qui soupçonnent M. Hamdi d'être un ancien allié du dictateur Ben Ali et d'avoir utilisé la chaîne de télévision qu'il possède pour mousser illégalement la candidature de son parti tout au long de la campagne électorale. Pour en savoir davantage sur cette situation, consultez ces articles de Croix.com et de Tunisia-live.net qui dressent un portrait assez détaillé de la controverse entourant le parti Aridha Chaabia et son chef.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire