lundi 10 octobre 2011

Ça commence à brasser en Tunisie




À l'approche des élections du 23 octobre, quelques incidents sont récemment venus perturber la relative tranquillité qu'on pouvait observer depuis quelques semaines en Tunisie.

Tout d'abord, mercredi dernier, quatre islamistes radicaux armés de couteaux et de bombes à gaz se sont introduits dans les locaux de la faculté des Lettres et des Sciences humaines de l'Université de Sousse pour y menacer le secrétaire général. Le groupe voulait faire part de leurs récriminations au doyen de l'établissement, mais ce dernier était absent. Les extrémistes étaient outrés de la décision de la direction de refuser l'inscription de deux étudiantes portant le niqab. Cette décision faisait suite à l'adoption, au début de l'année, du règlement interdisant le port du signe religieux à l'université. Plus de détails sur l'histoire ici.

De plus, pas plus tard que samedi dernier, d'autres fanatiques religieux sont retournés manifester au même endroit, cette fois occupant les lieux et agressant à nouveau le secrétaire général. Il est à noter que les cours sont suspendus depuis les premiers incidents de mercredi.

Puis, toujours samedi, un groupe de 200 femmes musulmanes ont participé à une manifestation contre le port du niqab devant le centre culturel Menzah IV.

Enfin, au cours de la journée d'hier (dimanche), des incidents violents ont éclaté à la Cité Romana à Tunis et devant l'édifice de la chaîne Nessma TV. Les manifestants, au nombre d'environ 300, ont attaqué les locaux de la station de télévision pour dénoncer la diffusion vendredi dernier de Persépolis, un film qui critique l'Islam et dépeint Dieu sous une forme humaine.

Les partis politiques ont unanimement condamné ces événements; même Ennahda a tenu à s'en dissocier et à calmer les esprits. Le président de Nessma TV, Nebil Karoui, a affirmé pour sa part qu'il n'avait pas l'intention de céder devant les menaces des islamistes radicaux ni de modifier la programmation future de la chaîne télévisée.

À noter cette étonnante décision de Délice Danone de mettre fin à son contrat publicitaire avec Nessma TV.

Espérons que ces événements ne soient que des incidents isolés et que les 13 prochains jours nous séparant de l'élection se déroulent d'une façon plus sereine.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire